SEPT BALLES À KENOSHA POUR JACOB BLAKE

Publié le 27/08/2020
Amadou Lamine Sall


L’Amérique est encore descendue de cheval
et un cowboy a dégainé pour sept balles gratuites
c’est le mois d’août de l’an 2020 
et c’est encore le printemps
comment peut-on assassiner au printemps ?
          L’Amérique a encore tiré sur un Noir qui ne voulait que vivre
il vivra mais il vivra comme un mort au bout d’une chaise longue
il ne s’appelle pas George Floyd
Georges Floyd est bien mort
son nom est Jacob BLAKE
et Jacob Blake ne sera pas le dernier gibier du Wisconsin
dans la mémoire du sang il ne sera point le dernier trophée des cowboy Blancs
et dans celle des cowboy Blancs la viande de Nègre est encore bon marché
          L’Amérique sait être cruelle
c’était écrit et déjà dit avec George Floyd sous un long et lourd genou assassin
oui elle est gluante l’Amérique lépreuse l’Amérique immonde injuste fétide l’Amérique
et dire qu’elle nous a posé sur la lune
et plus bas sur la terre elle boit le sang des Noirs égorgés abattus
elle boit ce sang depuis des siècles et des siècles
et jamais elle ne s’est désaltérée
elle le boit comme un whisky sec un scotch sec
elle boit ce sang des Noirs sans glaçons
elle le boit tout le goulot au fond de la gueule
et elle tient bien la bouteille jusqu’à la dernière goutte
et le bar est en pleine rue sans toit et sans porte
personne ne paie 
le cowboy est servi et le sang du Nègre est à volonté
l’Amérique boit ce sang qu’elle aime
l’abeille connaît sa ruche de sang
elle le boit ce sang sans trembler sans vaciller jamais ivre
ce sang des Noirs qui  berce les jours et les nuits de la Maison Blanche
cette Maison rouge aux murs blancs qui mentent qui mentent
cette Maison où dorment et gouvernent des hommes aux oreilles emmurées
et le Grand Noir beau et leste et fin qui y a dormi s’y est terré et s’est tu
il s’est bandé les yeux
il n’avait que ses mots qui chantaient sa parole toujours toute jolie 
il a fait de la Maison Blanche une maison de haute oraison 
et il est parti comme il est venu en sautillant en souriant en parlant si bien
et le sang des Noirs coule coule coule de plus belle
et jamais une rivière de douleurs n’a autant charrié de larmes
à quand ce sang bleu des Noirs rendra t-il l’Amérique enfin bleue 
à quand ces sacrifices recouvriront-ils de satin doux et laineux la
conscience cuivrée et rocheuse des cowboy Blancs
l’Amérique n’est pas malade
l’Amérique n’est pas un asile de fous
l’Amérique a des institutions qui les premières tuent avant les hommes
cowboy protégé police intouchable meurtres maquillés jury partial juge ethnique
les lois livrent le permis de tuer et les cowboy dégainent
le gibier est toujours à portée et les tribunaux sont des restaurants
       Le Noir est beau et quand il marche il danse
quand il sourit il danse
quand il dit non il danse 
le cowboy Blanc ne sait pas danser
le cowboy Blanc ne sait pas sourire
il n’a même pas de bouche pour sourire
il n’a que son pistolet dans la bouche dans les mains dans les yeux 
son pistolet est son dentier sa langue
il n’a que le feu dans le corps
la haine dans un cœur déjà mangé par la haine
son pouls bat quand le Noir rit chante danse passe et repasse
           L’Amérique qui tue et se délecte de sang est à rayer de notre humanité
cette Amérique des cowboy est à déchirer comme une page d’amour trahi 
          Tiens bon
tiens bon frère Jacob Blake
tiens bon contre les sept balles et leur chaise roulante
oh tiens bon
n’achète pas cette chaise
tiens bon le jour se lèvera et tu te lèveras et tu marcheras
depuis Kounta Kinté nous nous sommes relevés
malgré les chaines malgré les hautes marées de sang malgré toutes les balles
nous nous sommes relevés et vivants
tiens bon Jacob
tiens bon
l’Amérique que nous aimons arrive
la route est barrée la route est coupée la route est minée et la nuit est bien épaisse
mais l’Amérique que nous aimons arrive
car elle a des enfants qui n’aiment pas les cowboy
qui n’aiment pas la Maison Blanche qui n’est pas blanche
des enfants qui referont la route et elle sera belle la route à venir
tiens bon Jacob
tiens bon

août 2020.

 

Source : https://www.maafrique.com/SEPT-BALLES-A-KENOSHA-PO...