Les jeunes connectés : Robin des bois 2.0

Publié le 26/03/2021
MAP - Hassiba-Soufya Oufkir


Rabat -  #Metoo, #Machiroujoula... solidaires ou pas, les jeunes internautes se sentent invincibles derrière leurs écrans, grâce à tous les outils qui leurs permettent de manifester, d'innover et d'en faire un boulot à temps plein.

Les deux spécialistes du marketing digital et de la communication sur les réseaux sociaux, Wearesocial et Hootsuite viennent de livrer leur rapport Digital sur le Maroc. Près de 90% des Marocains utilisent leur appareil mobile pour avoir accès à internet et notamment les réseaux sociaux.

Cette variable augmente non seulement le temps que ces jeunes passent en mode connecté, mais également, met à la disposition des adolescents des moyens développés pour produire et partager des vidéos à caractère sexuel ou violent sans mesurer les conséquences de leur acte et l'impact que cela pourrait avoir sur leur vie par la suite.

Dans une déclaration à la MAP, le psychologue Reda M’haseni affirme que l'éducation numérique est une des notions les plus importantes, il faut l'aborder avec beaucoup de précaution face à tout ce que le monde connecté offre comme possibilité.

L'interdit devient un concept assez imprécis, dans une sphère où il existe une infinité d'alternatives.

Mme Imane Jbilou, Consultante en Communication, souligne que "ces jeunes nés à l’ère du numérique ignorent l’essentiel des aspects néfastes d’internet. Et nous, adultes, parents ou éducateurs, sous-estimons ses différents champs des possibles."

Aveuglés par une promesse d’intimité, très souvent rompu, et victimes d’une méchanceté gratuite dont les répercussions ne sont que très rarement calculées, ces jeunes se donnent en spectacle à travers des vidéos scénarisées ou pas, profitant de la naïveté de certains afin d’amuser d’autres.

"Ces jeunes d'aujourd’hui ont un rapport différent avec la loi, ça se voit sur beaucoup de manifestations notamment la triche aux examens, le respect de la loi dans ses formes les plus rudimentaires jusqu’aux formes les plus manifestes", ajoute le psychologue.

L’éducation relationnelle et sexuelle est au centre de la question. Majoritairement mis de côté, celle-ci devrait être un des piliers académiques qui façonnent la personnalité de chaque individu, afin de briser les tabous et accompagner les jeunes dans leur exploration du monde extérieur.

M. M’haseni déclare que "l’éducation sexuelle va intervenir dans la notion de la souveraineté du corps, c'est-à-dire les jeunes et les individus ont des relations différentes du cas par cas avec leur propre corps mais aussi avec la loi".

Après plusieurs affaires de cyberharcèlement et de persécutions, plusieurs familles sont aujourd’hui conscientes de l'importance de l’éducation numérique et sexuelle, afin de préparer ces jeunes à faire face à toutes les situations et mettre des mots sur ce qu’ils traversent.